[vc_row][vc_column align= »justify »][vc_column_text]

Coronarographie et Angioplastie Coronaire

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/3″ margin_top= »10px »][agni_image img_url= »894″ alt= »Coronaire Droite »][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »2/3″][vc_column_text]

Pourquoi vous propose-t-on une coronarographie ?

La maladie coronaire peut être responsable d’angine de poitrine (douleurs dans la poitrine), d’infarctus du myocarde, d’insuffisance cardiaque (qui se traduit souvent par un essoufflement) et peut évoluer éventuellement vers un décès. L’évolution peut être en grande partie freinée par un traitement adapté.
Il est donc important de faire un diagnostic précis. La coronarographie permet de faire un bilan exact des atteintes (rétrécissement ou occlusion) de vos artères coronaires.

Qu’est ce que la coronarographie ? Quelle est son utilité?

La coronarographie est un examen radiologique permettant de visualiser les artères coronaires. Il est réalisé par un cardiologue interventionnel. Grâce à cet examen, on visualise directement les artères qui irriguent le cœur. Cela permet donc de voir parfaitement les rétrécissements provoqués par l’athérosclérose et de proposer un traitement le mieux adapté aux lésions constatées.
C’est un examen presque indolore. Vous sentirez seulement une piqûre lors de l’anesthésie locale (soit au niveau du poignet soit au pli de l’aine).

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Réalisation de la coronarographie

Vous serez conduit en brancard dans la salle de cardiologie interventionnelle. L’examen a lieu dans des conditions d’hygiène de haut niveau (bloc opératoire). Il commence par la mise en place de draps stériles puis, sous anesthésie locale, du cathéter artériel (généralement au poignet droit, moins fréquemment au poignet gauche ou au pli de l’aine dans l’artère fémorale).

Dans un premier temps, le cardiologue interventionnel fait le bilan des lésions intéressant les 3 artères coronaires en réalisant plusieurs films des artères, selon différents angles (la caméra à rayons X tournera autour de vous).

Si nécessaire, et généralement dans le même temps (sauf dans le cas d’une prise en charge ambulatoire, c’est à dire sur la journée), le médecin vous proposera la réparation de l’artère par angioplastie en implantant un stent dans votre artère coronaire.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″ margin_top= »40px »][agni_image img_url= »899″ alt= »Salle angiographie Croix Rousse »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text]

La coronarographie comporte-t-elle des risques ?

Malgré les progrès techniques et l’expérience des médecins, le cathétérisme cardiaque et l’artériographie coronaire comportent, comme tout geste invasif ou chirurgical, un risque d’incidents ou d’accidents :
complications allergiques le plus souvent liées à l’utilisation de produit radiologiques iodé ou d’anesthésique local. Si vous avez déjà présenté des manifestations allergiques, il faut absolument en informer le médecin.

Complications au niveau du point de ponction de l’artère.

La complication la plus fréquente est la formation d’une ecchymose ou d’un hématome au point de ponction qui peut persister plusieurs jours, mais qui est habituellement sans conséquence. Cependant, l’augmentation de volume dans les jours qui suivent l’examen doit vous conduire à consulter rapidement. Plus rarement, le maniement des sondes peut occasionner des blessures vasculaires et nécessiter une réparation chirurgicale et (ou) une transfusion sanguine ou décrocher un fragment d’athérome responsable d’une embolie.

Complications cardiaques et vasculaires.

Au cours de l’examen, peuvent survenir des malaises, des douleurs dans la poitrine, des palpitations liées à un trouble du rythme. Les complications graves sont, quant à elles, très rares. A titre indicatif, dans une revue publiée dans la littérature médicale, sur une grande série de patients, on note un risque de décès de 0.8/1000, de perturbations neurologiques (notamment paralysies) de 0.6/1000, d’infarctus du myocarde de 0.3/1000 (1). D’autres complications moins sévères ont été rapportées, leur fréquence est très inférieure à 1%.
Dans les procédures exceptionnellement longues, c’est-à-dire complexes, l’irradiation corporelle est plus importante (rayons X). Cela est noté précisément dans votre dossier et, au besoin, un suivi spécialisé pourra vous être proposé.

Quels bénéfices peut-on attendre de la coronarographie ?

Selon les résultats de la coronarographie et de l’ensemble du bilan clinique, des médicaments vous seront ou non prescrits à long terme. En fonction des lésions observées, il est possible d’envisager un geste de revascularisation : soit un pontage coronaire, soit une angioplastie coronaire. La coronarographie contribuera à déterminer le geste le plus approprié à votre état, afin de diminuer le risque de complications ultérieures et d’améliorer le confort de votre vie. La décision thérapeutique sera naturellement prise en accord avec vous même et votre cardiologue.[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/3″][agni_image img_url= »915″ alt= »Stent coronaire déployé »][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »2/3″][vc_column_text]

L’angioplastie : réalisation pratique et risques potentiels.

L’angioplastie est une technique de « réparation » de l’artère coronaire. En effet, le plus souvent, on peut réparer l’artère en gonflant en ballonnet qui écarte les parois de l’artère malade. On y implante ensuite un stent, c’est-à-dire un morceau de métal qui ressemble à un ressort, à un petit tube en grillage. Le stent est au départ dégonflé, collé sur un petit ballon dégonflé. Il est monté dans la sonde qui est dans le poignet et positionné sur la lésion. Puis le ballonnet est gonflé ce qui déploie le ressort et restaure le calibre artériel.

Comme pour la coronarographie, il existe un certain nombre de complications, heureusement rares, et dont le risque de survenue sera évalué et minimisé du mieux possible par l’équipe médicale qui vous entoure mais un risque incompressible persiste.

Ces examens peuvent être réalisés dans le cadre de l’activité publique ou avec votre accord au titre de l’activité libérale du praticien. Dans tous les cas cela n’entrainera aucun surcoût et aucune avance de frais.
Nous vous encourageons à préparer et à poser toutes les questions que vous jugerez utiles à notre équipe lorsque vous arriverez à l’hôpital. Toute notre équipe est mobilisée et à votre disposition pour prendre en charge votre problème cardiaque.

Auteur: Dr Cyril Besnard, Cardiologue interventionnel, pour le GCS Lyon Nord Ouest.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row]