[vc_row][vc_column width= »2/3″][vc_column_text]

Rythmologie

Pose de stimulateurs (Pacemakers) et de défibrillateurs cardiaques

Les stimulateurs cardiaques ont pour but d’empêcher les bradycardies, c’est à dire les ralentissements pathologiques du coeur. Les défibrillateurs eux servent à empêcher la survenue d’un arrêt cardiaque lorsque survient une fibrillation ventriculaire.

Bradycardie et fibrillation sont deux événements graves et potentiellement mortels. Ils peuvent être la conséquence et la complication de nombreuses autres pathologies cardiaques (infarctus, dégénérescence du tissu de conduction etc) ou même extra cardiaque avec des complications cardiovasculaires (diabète, maladies de système ou neurologique).

C’est pourquoi un bilan spécialisé complet comprenant notamment avis spécialisé auprès de votre cardiologue ou de l’un des cardiologues de l’équipe est absolument indispensable avant l’implantation. Si besoin d’autres examens pourront vous être proposé (échographie cardiaque, exploration électrophysiologique endocavitaire, coronarographie…).

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″ margin_top= »80px »][agni_image img_url= »928″ alt= »Stimulateur cardiaque »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″ margin_top= »10px »][agni_image img_url= »931″ alt= »Procédure de rythmologie interventionnelle »][/vc_column][vc_column width= »2/3″][vc_column_text]

Ce sont des prothèses, des appareils miniaturisés implantables, qui délivrent de l’énergie au muscle cardiaque au moyen d’une ou de plusieurs sondes qui sont positionnées à l’intérieur de la partie droite du coeur (oreillette et/ou ventricule). En fonction de la quantité d’énergie appliquée, ils permettent d’induire une contraction ou une défibrillation cardiaque interne.
Ces stimulateurs cardiaques peuvent être implantés en urgence, ou, le plus souvent, de manière programmée, lors d’une hospitalisation de quelques jours.
Le geste a lieu sous anesthésie locale, la procédure dure environ une heure et commence par une désinfection soigneuse et la mise en place de draps opératoires.
L’analgésie est obtenue par une anesthésie locale du creux de l’épaule.

Auteur: Dr Cyril Besnard, Cardiologue interventionnel, pour le GCS Lyon Nord Ouest.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]